jeudi 23 février 2017

Les Fleurs du Mal


Auteur : Shuzo Oshimi
Editeur : Ki-oon
Genres : seinen, psychologique (pour lecteurs avertis)
Date de parution du dernier tome : 12 janvier 2017 (2 tomes, série en cours)
Prix : 6 € 60

Quatrième de couverture (t.1) : Une ville de province banale, un collège banal, un quotidien banal. Takao élève moyen et timide, se sent enfermé dans ce monde étroit. Il n'a qu'une échappatoire : la lecture. Il est surtout fasciné par l'étrangeté des Fleurs du mal de Baudelaire. Ce recueil est devenu son livre de chevet, tout autant que son moyen de se différencier dans un monde gris où tout le monde se ressemble. 
Il existe pourtant un élément de surprise incontrôlable dans son univers : Sawa, assise derrière lui en classe, refuse toute autorité en bloc. "Cafards !", "Larves!" : elle ne rate pas une occasion d'exprimer sa haine et son mépris, même envers ses professeurs. Crainte de tous, elle est l'élément déviant de la classe. 

Mais Takao préfère se concentrer sur la populaire Nanako. Il ne lui a jamais parlé et se contente de la regarder de loin. Alors quand il trouve abandonnés dans la salle de classe les vêtements de sport de l'objet de ses fantasmes, il ne peut s'empêcher de les ramasser... et de s'enfuir en les emportant sur un coup de tête ! Pas de chance pour lui, Sawa l'a surpris en plein forfait... Avec un grand sourire, elle commence à le faire chanter : s'il ne veut pas qu'elle le dénonce, il doit obéir à ses ordres, même les plus fous !

Notation

Mon Avis ? 

Adolescente j'avais un énorme point commun avec Takao, le héros torturé de ce manga : j'adorais Baudelaire. Même encore aujourd'hui je suis très attachée aux Fleurs du mal, même si ma passion est devenue plus sage avec le temps (Baudelaire a quitté son statut de dieu pour redevenir un homme, ouf !). C'est pourquoi je voyais d'un œil assez critique l'arrivée de ce manga. Forcément le titre a fait mouche, et j'avais une impression assez négative. De plus le dessin mixant entre le réalisme et la caricature de manga n'aidait pas. Du coup j'ai pas mal tourné autour du manga sans oser me lancer dans sa lecture avant d'être finalement poussée par les avis plus qu'élogieux que je voyais apparaître sur la toile. Et c'est une vraie claque que j'ai eu !

Oui, le dessin n'est pas très beau et oui c'est malsain, mais qu'est-ce que c'est bon ! Dès les premières pages, on plonge dans un univers étriqué et violent où le pauvre Takao sera malmené du début jusqu'à la fin, d'abord par sa camarade de classe, Sawa. Mais également par ses pulsions qui deviennent de plus en plus fortes. Son amour à sens unique prend une tournure perverse et on sent le désespoir du jeune homme face à ses actions. A travers ces deux premiers tomes, il y a un vrai début d'évolution des personnages. Et si Takao prend un aspect plus sombre au fil des chapitres, le personnage de Sawa lui prend une apparence plus... acceptable. 

Au début de l'histoire, les personnages et les lecteurs ne comprennent pas Sawa. Vraie anomalie dans la classe, elle peut paraître excentrique voire complètement borderline (sur le plan de la morale). Mais plus elle maltraite le héros, et plus on finit par comprendre son fonctionnement. Takao trouve avec Les Fleurs du mal une façon de s'échapper d'une vie quotidienne trop terne. Sawa, elle, a dépassé le stade où elle s'échappe de son ennui par une passion (la lecture, le jeu...). On comprend alors qu'elle est comme une guide - et que si elle le harcèle ce n'est pas uniquement par plaisir, elle est soulagée de trouver quelqu'un comme elle - pour le héros qui va, peut-être, suivre sa trace pour mieux se trouver, et ce même si sa nature est loin d'être irréprochable. 

Les Fleurs du mal tourmente et son héros et son lecteur. Quant à la scène sur laquelle se termine le tome 2, elle promet de belles frayeurs pour la suite ! C'est un début de série qui donne le frisson et qui devient déjà un coup de coeur ! On a qu'une hâte : être encore plus tourmenté et bousculé par la suite de cette série ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire